Solidago – Verge d’or

Verges d’Or, Verges d’orées
Nom latin : Solidago ssp. Famille botanique des Astéracées.

Nos anciens grimoires connaissent surtout la grande verge dorée, le solidage des bois (Solidago virgaurea). Aujourd’hui vous rencontrez plus fréquemment le solidage canadien (Solidago canadensis) et le solidage géant (Solidago gigantea ou serotina). Pour décorer nos jardins, les derniers étaient importés d’Amérique du Nord avant de s’échapper dans la nature.

Ils fleurissent entre juillet et octobre, avec une jolie inflorescence jaune d’orée. La phytothérapie se sert des trois souches de solidages de la même manière : L’herbe et sommités sont cueillies lors de la floraison et ensuite soigneusement séchées et finement hachées. Tous les solidages possèdent des tannins. La verge d’or originaire d’Europe contient davantage d’huile essentielle que les autres. Les solidages canadiens et géants sont plus riches en flavonoïdes et saponines que notre souche traditionnelle.
Dans les cultures, des jardins et certains recoins de la Bergerie Nationale de Rambouillet, vous trouvez surtout de la solidage canadienne. La plante est en vente en pharmacie et en herboristerie.

Il semble que la verge d’or était déjà utilisée des peuplades germaniques et gauloises pour ses propriétés vulnéraires. Ce n’est qu’en Moyen Âge qu’on découvre ses autres vertus, notamment au niveau des organes uro-génitaux.

Le remède du cocher :
Pour la cavalière (et le cavalier) : Vous souffrez de cystite ou des infections du tractus urinaire à répétition ? Buvez une tasse d’infusion de Solidage 4 à 5 fois par jour ! Vous êtes souvent irrité par une candidose ? Les saponines des verges d’or inhibent spécifiquement cette mycose. Vous blessez régulièrement sur votre selle en montant à cheval ? Les effets vulnéraires de la plante vous seront bénéfiques. Dans ces derniers cas, utilisez l’infusion de la verge d’or en application locale 3x/jour.

L’infusion se prépare avec 1 à 1,5 cuillers à thé par tasse (correspondant à environ 2 à 3 g), verser de l’eau bouillante, infuser 10 – 15 minutes, ensuite filtrer.
Encore meilleure est la préparation suivante : mettre la quantité nécessaire dans de l’eau froide et porter doucement à l’ébullition, ensuite infuser 10 minutes avant de filtrer. Utilisable par voire orale et pour les soins locaux.

Le remède du cheval :
Les extraits de la plante sont bien connus pour l’augmentation de la diurèse, et pour leur effet dépuratif sur le tractus urinaire en cas d’inflammation, de rétention urinaire, ou même de calculs.
L’infusion est astringente (due aux tannins) et spasmolytique. Nous nous en servons pour le traitement de la diarrhée (notamment du poulain). Un cheval adulte nécessite entre 20 et 30 g de la plante séchée par jour, un poulain 8 à 12 g en fonction de sa taille. L’infusion se prépare avec 1 à 1,5 litres d’eau (0,5 litre pour un poulain), selon les procédures ci-dessus. Repartir en 2 à 3 prises par jour par voie orale par sonde ou seringue, ou en barbotage.

Les soins locaux des lésions cutanées se basent sur les propriétés désinfectantes, nettoyantes, antiphlogistiques et coagulantes, et se font avec la décoction de solidage.

Lé séchage de cette plante est très facile

Bibliographie
COLLECTIF D’AUTEURS (2001)
Encyclopédie de plantes médicinales.
Larousse, Paris

MADAUS, G. (1989):
Lehrbuch der biologischen Heilmittel. Nachdruck
Mediamed, Ravensburg

SCHÖNFELDER, P. und I. SCHÖNFELDER (1988):
Der Kosmos-Heilpflanzenführer: europäische Heil- und Giftpflanzen.
Franckh, Stuttgart

WICHTL, M. (ED) (2004) :
Herbal Drugs and Phytopharmaceuticals. 3. Edition.
Medpharm Scientific Publishers, Stuttgart

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close