Ruscus aculeatus – Fragon – Petit Houx

Ruscus aculeatus Fam. Liliaceae
Fragon, Petit Houx

Botanique, Histoire:
Le médecin de l’empereur romain Néron et des soldats de son armée, Dioscorides, est réputé d’avoir déjà connu les propriétés diurétiques du Fragon. Il s’agit d’un petit arbrisseau vert toute l’année, que l’on encontre dans son habitat naturel à des endroits humides des forêts. Les fruits sont rouges. L’espèce est protégé en état sauvage et ne doit pas être cueillie. La drogue provient des plantes en culture.

Parties utilisées et Composants:
Préparations phytothérapeutiques à partir du rhizome, la plante est très peu connue en homéopathie.
Rhizoma rusci aculeati :
Saponines : Ruscin et Ruscoside
H.E.
Hétérosides stéroliques
Sels de potassium

L’ensemble de ces composants procurent à la plante ses propriétés diurétiques, vasoconstrictrices veineuses et anti-inflammatoires.

Utilisation en phytothérapie:
Le petit Houx résorbe les oedèmes et enflures locaux en améliorant le retour veineux et la diurèse. Ses composants anti-inflammatoires calment rapidement la douleur.
Son domaine d’utilisation s’adresse surtout aux traumatismes fermés du cheval: hématomes, tendinites, entorses, luxations, contusions.
Il nous est très utile en application locale et systémique pour un mauvais retour veineux, pour les chevaux qui gonflent facilement des extrémités, pour ceux qui ont régulièrement des mollettes, ou ceux qui y ont gardé des enflures chroniques à la suite des infections.
En cas de phlébite et de thrombophlébite (après un cathéter veineux ou une réaction locale après une injection intraveineuse), et pour les lymphangites à combiner avec Echinacea, Mélilot, Aesculus, ou Heracleum,

Doses journalières internes: On utilise des infusions ou décoctions des racines 60g/litre d’eau, 250-500 ml, reparti en 2-3x/jour . Les rhizomes étant difficile à cueillir, il est préférable de prévoir pour la trousse d’urgence des extraits alcooliques (TM homéopathique 5ml/jour, attention à l’alcool, à diluer 1-10 à l’eau si le cheval ne le supporte pas). En barbotage.

Externe: Le fragon fait partie intégrante de pommades commercialisées (p.e. en combinaison avec l’Arnica pour résorber l’oedème et décongestionner en cas de traumatisme local). On peut aussi préparer des compresses, voire des pansements humectés d’un mélange d’infusions de Heracleum (Berce) et de Fragon.

À retenir:
Peut-être le plus puissant vasoconstricteur naturel connu (VALNET 1983). Plante décongestionnante et indispensable pour les traumatismes fermés des chevaux de CSO ou de Complet et pour les « grosses pattes ».

Bibliographie
HOPPE, H.A. (1981) :
Taschenbuch der Drogenkunde.
De Gruyter, Berlin

SCHÖNFELDER, P. und I. SCHÖNFLEDER (1988):
Der Kosmos-Heilpflanzenführer: europäische Heil- und Giftpflanzen.
Franckh, Stuttgart

VALNET, J. (1983):
Phytotherapie. Traitement des maladies par les plantes. 5. Aufl.
Maloine, Paris

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close